Le baptême : “un rite du passé” ?

En ce dimanche 12 Janvier 2014, nous  célébrons  le Baptême du Seigneur Jésus. Lui, le Fils du Père, a voulu épouser notre nature humaine, jusque  dans les plus humbles détails.

De nombreuses années avant la venue de Jésus,  Isaïe  fait parler Dieu en ces termes :

« Voici mon serviteur que je soutiens, mon élu, en qui j’ai mis toute ma joie. J’ai fait reposer sur lui mon Esprit ; devant les nations, en fidélité,  il fera paraître le jugement que j’ai prononcé. » Nous retrouverons à peu près ces mêmes  paroles lorsque  Jean Baptiste versera l’eau sur la tête de Jésus.

Jésus, arrivant de Galilée, paraît sur les bords du Jourdain, et il vient à Jean pour se faire baptiser par lui. Jean voulait l’en empêcher et disait : « C’est moi qui ai besoin de me faire baptiser par toi, et c’est toi qui viens à moi ! » Mais Jésus lui répondit : «Pour le moment, laisse-moi faire ; c’est de cette façon que nous devons accomplir parfaitement ce qui est juste. » Alors Jean le laisse faire.

Dès que Jésus fut baptisé, il sortit de l’eau ; voici que les cieux s’ouvrirent, et il vit l’Esprit de Dieu descendre comme une colombe et venir sur lui. Et des cieux, une voix disait : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé ; en lui j’ai mis tout mon amour. »

Mt 3, 13- 17   

Jean baptisait les foules sur les bords du Jourdain. Quelle ne fut pas sa surprise, en voyant s’avancer Jésus : C’est toi qui viens à moi !  Jésus  se joint à la foule des pécheurs pour recevoir le baptême de repentance. Il se fait solidaire de l’humanité entière en descendant dans les eaux du Jourdain.  Bapteme

Accueillons avec reconnaissance cette proximité de Jésus avec nous.  Il est venu pour nous aider à découvrir l’Amour du Père qui nous prend pour ses enfants. Jésus, l’Enfant Bien-Aimé veut avoir besoin de nous pour annoncer la Bonne Nouvelle du Salut jusque dans les ténèbres humaines et c’est  pour cela qu’Il nous montre l’exemple. Il dira plus tard : Tout ce que j’ai fait, faites-le vous aussi !

Par le Baptême, nous sommes identifiés au Christ ; nous devenons enfants de Dieu.  Quelle joie d’être choisis pour continuer l’œuvre du Christ au milieu de  nos frères !

Notre Pape, François, dans son  Exhortation Apostolique  insiste sur la joie de la mission. « Un évangélisateur ne devrait pas avoir constamment une tête d’enterrement. Retrouvons et augmentons la ferveur. »

 Depuis notre Baptême, nous sommes incorporés au Christ. Notre vie est appelée à s’ordonner dans un laisser-faire, en vue de l’accomplissement d’une justice qui est ajustement au dessein de  Dieu.

Thérèse nous dit  que

« l’unique bien c’est d’aimer Dieu de tout son  cœur et qu’ainsi on peut produire toutes les œuvres qui sont en notre pouvoir. Ensuite, mettre toute sa confiance en Lui, qui sanctifie nos œuvres. »

Elle ajoute dans sa poésie  « Vivre d’Amour » :

bapteme de thereseVivre d’amour, c’est donner sans mesure, sans réclamer de salaire ici-bas

Ah ! sans compter, je donne, étant bien sûre que lorsqu’on aime, on ne calcule pas.

Au cœur divin, débordant de tendresse, j’ai tout donné ; légèrement, je cours.

Je n’ai plus rien que ma seule richesse :

VIVRE D’AMOUR !

Reconnaissant l’Amour du Seigneur pour elle, voici une prière de sa composition :

«O mon Dieu, puisque vous m’avez aimée jusqu’à me donner votre Fils unique pour être mon Sauveur et mon Epoux, les trésors infinis de ses mérites sont à moi ; je vous les offre avec bonheur, vous suppliant de ne me regarder qu’à travers la Face de Jésus et dans son cœur  brûlant d’Amour »

Tout baptisé peut redire ces paroles sachant bien que l’ONCTION BAPTISMALE nous unit  au Christ  et nous rend capables d’accomplir l’œuvre du Père.  

Faisons éclater notre joie, en ces jours, en chantant :

L’Esprit de Dieu repose sur moi.
L’Esprit de Dieu m’a consacré
L’Esprit de Dieu m’a envoyé proclamer la paix, la joie !