Vous serez thérésiennes ou vous ne serez pas. P. Martin

Actualités

  • 1er octobre 2022 – Fête de Ste Thérèse de l’Enfant-Jésus

    Avec Thérèse : tous appelés à l’enfance. « Par grâce, « nous avons reçu le pouvoir de devenir enfants de Dieu » (Jn, 1,12). Il nous arrive souvent, parvenus à l’âge adulte, de nous souvenir avec émotion de notre enfance. Nous voudrions même, disons-nous, retrouver ce « paradis perdu ». Bien plus qu’une nostalgie du passé, ce que nous vivons à ces moments-là, c’est une espérance. L’espérance d’être un jour en plénitude, enfant. Cette espérance ne sera pas déçue. L’enfance est devant nous, bien plus encore que derrière nous ». Accueillons la Parole de Jésus nous invitant à devenir comme des petits enfants. Accueillons Jésus lui-même, l’Enfant bien-aimé du Père. « En lui, grâce nous est donnée d’accéder enfin à l’enfance. Grâce de devenir enfant ».  Commentaire inspiré par le livre « Passion et enfance de Dieu » J.M. Henaux, s.j. Col. vie consacrée Les disciples s’approchèrent de Jésus et lui dirent : « Qui donc est le plus grand dans le Royaume des cieux ? » Alors Jésus appela un petit enfant ; il le plaça au milieu d’eux, et il déclara : « Amen, je vous le dis : si vous ne changez pas pour devenir comme les petits enfants, vous n’entrerez point dans le Royaume des cieux. Mais celui qui se fera petit comme cet enfant, c’est celui-là qui est le plus grand dans le Royaume des cieux. Et celui qui accueillera un enfant comme celui-ci en mon nom, c’est moi qu’il accueille. Mt18, 1- 5 Avec Thérèse, prenons le chemin qui nous conduira vers notre « enfance ». Demandons-lui de nous obtenir « la grâce de devenir enfant ». Je comprends si bien qu’il n’y a que l’amour qui puisse nous rendre agréables au Bon Dieu que cet amour est le seul bien que j’ambitionne. Jésus se plaît à me montrer l’unique chemin qui conduit à cette fournaise Divine, ce chemin c’est l’abandon du petit enfant qui s’endort sans crainte dans les bras de son Père…  « Si quelqu’un est tout petit qu’il vienne à moi » a dit l’Esprit Saint par la bouche de Salomon et ce même Esprit d’Amour a dit encore que « La miséricorde est accordée aux petits ». En son nom, le prophète Isaïe […] s’écrie au nom du Seigneur :  « Comme une mère caresse son enfant, ainsi je vous consolerai, je vous porterai sur mon sein et je vous caresserai sur mes genoux « . O! après un pareil langage, il n’y a plus qu’à se taire, à pleurer de reconnaissance et d’amour… […]  Jésus ne demande pas de grandes actions, mais seulement l’abandon et la reconnaissance..   LT196 Prions avec le Psaume 130   Antienne : Comme un petit enfant  dans les bras de sa mère, j ’ai gardé près de toi le silence et la paix. Seigneur je n’ai pas le cœur fier ni le regard ambitieux Je ne poursuis ni grands desseins, ni merveilles qui me dépassent. Non, mais je tiens mon âme égale et silencieuse Mon âme est en moi comme un enfant,  comme un petit enfant contre sa mère. Attends le Seigneur, Israël, Maintenant et à jamais.

    […]
  • Contempl’actifs dans le sillage de Ste Thérèse.

    En ces mois d’été, écoutons Thérèse nous parler de ses vacances à Trouville : « J’avais six ou sept ans lorsque Papa nous conduisit à Trouville. Jamais je n’oublierai l’impression que me fit la mer, je ne pouvais m’empêcher de la regarder sans cesse, sa majesté, le mugissement de ses flots, tout parlait à mon âme de la Grandeur et de la Puissance du Bon Dieu. »  » Le soir, à l’heure où le soleil semble se baigner dans l’immensité des flots laissant devant lui un sillon lumineux, j’allais m’asseoir toute seule sur un rocher avec Pauline…Alors je me rappelais la touchante histoire ‘du sillon d’or’. Je contemplais longtemps ce sillon lumineux, image de la grâce illuminant le chemin que doit parcourir le petit vaisseau à la gracieuse voile blanche… Près de Pauline, Je pris la résolution de ne jamais éloigner mon âme du regard de Jésus, afin qu’elle vogue en paix vers la Patrie des Cieux ! » Nous savons aujourd’hui encore l’importance pour un enfant, un adulte de l’ouverture à la vie intérieure. Elle sera comme une colonne vertébrale pour poser des choix, tenir debout dans la vie. La foi chrétienne propose une infinie quantité de chemins pour nourrir cette intériorité : la prière, lieu d’écoute et de rencontre avec le Ressuscité; le témoignage des saints mais aussi de contemporains habités d’une présence; une célébration; la contemplation d’un paysage révélant une présence celle de notre Créateur. La vie prendra alors un nouveau souffle pour l’action. Cet été, dans le sillage de Ste Thérèse, prenons soin de nourrir notre vie intérieure, de nous laisser habiter par le présence du Seigneur. Nous serons alors des témoins rayonnants… prêts à l’action. Des Contempl’actifs !  

    […]

L’Evangile avec Thérèse

  • Dimanche 2 oct 2022 – 27ème dim tps ord

    Déraciner un arbre et le planter dans la mer ? C’est fou! Qui parle ainsi ? Une fois de plus, Jésus déracine nos absolus… Avec Lui, l’impossible devient possible dans la foi. Une foi agissante qui s’enracine dans les ordres du Maître ! Une foi qui suppose l’humilité du cœur pour reconnaître que nous sommes de simples serviteurs ! Une foi qui conduit à rendre grâce pour l’action de Dieu à l’œuvre par nos mains… Qui agit ? Lui ? Nous ? Lui en nous ! Heureux sommes-nous de nous laisser déraciner pour nous enraciner dans le Christ, Serviteur de l’œuvre de Dieu ! En ce temps-là, les Apôtres dirent au Seigneur : « Augmente en nous la foi ! » Le Seigneur répondit : « Si vous aviez de la foi, gros comme une graine de moutarde, vous auriez dit à l’arbre que voici : ‘Déracine-toi et va te planter dans la mer’, et il vous aurait obéi. Lequel d’entre vous, quand son serviteur aura labouré ou gardé les bêtes, lui dira à son retour des champs : ‘Viens vite prendre place à table’ ? Ne lui dira-t-il pas plutôt : ‘Prépare-moi à dîner, mets-toi en tenue pour me servir, le temps que je mange et boive. Ensuite tu mangeras et boiras à ton tour’ ? Va-t-il être reconnaissant envers ce serviteur d’avoir exécuté ses ordres ? De même vous aussi, quand vous aurez exécuté tout ce qui vous a été ordonné, dites : ‘Nous sommes de simples serviteurs : nous n’avons fait que notre devoir’ » Lc 17, 5-10 Thérèse sait bien que ses œuvres ne sont rien. Dans sa prière d’offrande à l’amour Miséricordieux, elle dit : Après l’exil de la terre, j’espère aller jouir de vous dans la Patrie, mais je ne veux pas amasser de mérites pour le Ciel, je veux travailler pour votre seul Amour, dans l’unique but de vous faire plaisir, de consoler votre Cœur Sacré et de sauver des âmes qui vous aimeront éternellement. Au soir de cette vie, je paraîtrai devant vous les mains vides, car je ne vous demande pas, Seigneur, de compter mes œuvres. Toutes nos justices ont des taches à vos yeux. Je veux donc me revêtir de votre propre Justice et recevoir de votre Amour la possession éternelle de Vous-même. Je ne veux point d’autre Trône et d’autre Couronne que Vous, ô mon Bien-Aimé !… Pri 6 Et trois mois avant sa mort, elle reconnaît encore l’inutilité de ses oeuvres si elles ne sont pas remplies de Dieu : Quand même j’aurais accompli toutes les œuvres de St Paul, je me croirais encore «  serviteur inutile » mais c’est justement ce qui fait ma joie, car n’ayant rien, je recevrai tout du Bon Dieu.  DE 23 Juin

    […]
  • Dimanche 25 sept 2022 – 26ème dim tps ord

    Ouvrons nos mains ! Aujourd’hui, entendons frapper à notre porte… et servons Jésus en celui qui a faim de pain, de reconnaissance, d’amour…  Demain, il sera trop tard ! En ce temps-là, Jésus disait aux pharisiens :  « Il y avait un homme riche, vêtu de pourpre et de lin fin, qui faisait chaque jour des festins somptueux. Devant son portail gisait un pauvre nommé Lazare, qui était couvert d’ulcères. Il aurait bien voulu se rassasier de ce qui tombait de la table du riche ; mais les chiens, eux, venaient lécher ses ulcères. Or le pauvre mourut, et les anges l’emportèrent auprès d’Abraham. Le riche mourut aussi, et on l’enterra. Au séjour des morts, il était en proie à la torture ; levant les yeux, il vit Abraham de loin et Lazare tout près de lui. Alors il cria : ‘Père Abraham, prends pitié de moi et envoie Lazare tremper le bout de son doigt dans l’eau pour me rafraîchir la langue, car je souffre terriblement dans cette fournaise. – Mon enfant, répondit Abraham, rappelle-toi : tu as reçu le bonheur pendant ta vie, et Lazare, le malheur pendant la sienne. Maintenant, lui, il trouve ici la consolation, et toi, la souffrance. Et en plus de tout cela, un grand abîme a été établi entre vous et nous, pour que ceux qui voudraient passer vers vous ne le puissent pas, et que, de là-bas non plus, on ne traverse pas vers nous.’ Le riche répliqua : ‘Eh bien ! père, je te prie d’envoyer Lazare dans la maison de mon père. En effet, j’ai cinq frères : qu’il leur porte son témoignage, de peur qu’eux aussi ne viennent dans ce lieu de torture !’ Abraham lui dit : ‘Ils ont Moïse et les Prophètes : qu’ils les écoutent ! – Non, père Abraham, dit-il, mais si quelqu’un de chez les morts vient les trouver, ils se convertiront.’ Abraham répondit : ‘S’ils n’écoutent pas Moïse ni les Prophètes, quelqu’un pourra bien ressusciter d’entre les morts : ils ne seront pas convaincus.’ »Lc 16, 19-31 Thérèse l’a compris et ne refuse aucune « goutte d’eau » à Jésus caché dans les petits qui sont ses frères… Ah ! ne lui refusons rien, [à Jésus]  il a tant besoin d’amour et il est si altéré qu’il attend de nous la goutte d’eau qui doit le rafraîchir !… Ah ! donnons sans compter, un jour il saura dire : Maintenant, mon tour… LT 107

    […]

Inscrivez-vous à notre Newsletter !

Si vous désirez recevoir nos dernières actualités, cliquez ici !

En direct du Vatican

Coup de Coeur

  • L’homme qui marche

      Dans ce livre d’une trentaine de pages, Christian Bobin  décrit l’homme de l’Evangile, avec délicatesse et tout en nuance, sans citer une seule fois son nom.  Il réussit prodigieusement à nous faire entrer dans le mystère de la vie de cet homme : Jésus de Nazareth. Peu à peu c’est avec lui que nous marchons… Une belle œuvre poétique où l’auteur nous transporte dans une sorte de mélodie littéraire, aussi brève qu’intense où Jésus se fait proche.   Un livre à lire et relire, à méditer, à écouter …   Auteur : Christian Bobin Editeur : le Temps qu’il fait Pas plus de 10 Euros → Extrait de ce livret https://booknode.com/lhomme_qui_marche_0121858/extraits → Lecture du livre sur le web https://www.youtube.com/watch?v=7LvAEgGrcys  

    ...

Pour les personnes agées…