Loué sois-Tu Seigneur par tout ce qui vit !

Le printemps bouleverse la nature qui nous environne. Les bourgeons éclosent, les fleurs explosent de couleurs ! Prenons le temps de renouer des liens avec la nature et arrêtons-nous contempler la beauté d’un paysage, le chant des oiseaux, … De tout temps, la nature a inspiré l’homme et l’a invité à prier les dieux, son Dieu…

Nous proposons le Psaume 103 écrit par un poète du peuple juif quelques 700 ou 600 ans avant Jésus-Christ.

Actualisons ce poème en contemplant les beautés de la création et laissons notre cœur louer le Créateur !  

Bénis le Seigneur, ô mon âme ; Seigneur mon Dieu, tu es si grand !
Revêtu de magnificence, tu as pour manteau la lumière !
Comme une tenture, tu déploies les cieux,

tu élèves dans leurs eaux tes demeures ;
des nuées, tu te fais un char,

tu t’avances sur les ailes du vent ;
tu prends les vents pour messagers, pour serviteurs, les flammes des éclairs.

 

Tu as donné son assise à la terre : qu’elle reste inébranlable au cours des temps.

Tu l’as vêtue de l’abîme des mers : les eaux couvraient même les montagnes ;
à ta menace, elles prennent la fuite, effrayées par le tonnerre de ta voix.

Elles passent les montagnes, se ruent dans les vallées vers le lieu que tu leur as préparé.

Tu leur imposes la limite à ne pas franchir : qu’elles ne reviennent jamais couvrir la terre.