Marche avec nous Marie !
Après la visite des bergers et la manifestation de la foule des Anges, la joie emplit le cœur de ceux qui ont contemplé l’Enfant de Marie ! Dieu s’est révélé aux petits, et c’est par eux qu’Il se fera connaître au monde !
Marie médite ses choses dans son cœur, en contemplant son fils dans la mangeoire.
L’Église célèbre cet événement le premier jour de chaque année. Marie nous ouvre à l’émerveillement devant ce Dieu qui se fait l’un de nous.

En ce temps-là, les bergers se hâtèrent d’aller à Bethléem, et ils découvrirent Marie et Joseph, avec le nouveau-né couché dans la mangeoire. Après avoir vu, ils racontèrent ce qui leur avait été annoncé au sujet de cet enfant. Et tous ceux qui entendirent s’étonnaient de ce que leur racontaient les bergers. Marie, cependant, retenait tous ces événements et les méditait dans son cœur. Les bergers repartirent ; ils glorifiaient et louaient Dieu pour tout ce qu’ils avaient entendu et vu, selon ce qui leur avait été annoncé.
Quand fut arrivé le huitième jour, celui de la circoncision, l’enfant reçut le nom de Jésus, le nom que l’ange lui avait donné avant sa conception. Lc 2, 16-21

Le Nom de Jésus signifie “Sauveur”. C’est Lui qui est notre Sauveur, et nous sommes appelés à Le porter à notre tour au monde en témoignant de sa présence à nos côtés, dans nos vies concrètes d’hommes et de femmes. Marie nous montre le chemin. 

Marche avec nous, Marie, sur nos chemins de FoiMarie_Mere
Ils sont chemins vers Dieu !

Thérèse nous invite à une grande proximité avec la Vierge Marie. Dans une lettre à sa cousine, elle écrit :

Ne crains pas d’aimer trop la Sainte Vierge. Jamais tu ne l’aimeras assez, et Jésus sera bien content, puisque la Sainte Vierge est sa Mère !  LT 92

Et à Céline, elle confie :

A propos de la Ste Vierge, il faut que je te confie une de mes simplicités avec elle ; parfois, je me surprends à lui dire : ma bonne Sainte Vierge, je trouve que je suis plus heureuse que vous car je vous ai pour mère, et vous, vous n’avez pas de Ste Vierge à aimer. Il est vrai que vous êtes la Mère de Jésus, mais ce Jésus, vous nous l’avez  donné tout entier…et Lui, sur la Croix, Il vous a donné à nous pour Mère. Ainsi, nous sommes plus riches que vous puisque nous possédons Jésus et que vous êtes à nous, vous aussi ! LT137

Dans  ses poésies, Thérèse chante :

Therese_a_Nazareth_1921Rappelle toi que les bras de Marie
Tu préféras à ton trône royal.
Petit enfant, pour soutenir ta vie,
Tu n’avais rien que le lait virginal (…)
De ta petite main qui caressait Marie
Tu soutenais le monde
et lui donnais la vie. PN 24 
 
 Quand je vois l’Eternel enveloppé de langes
Quand du Verbe Divin j’entends le faible cri
O ma Mère chérie, je n’envie plus les anges
Car leur Puissant Seigneur est mon Frère chéri !…
Que je t’aime, Marie, toi qui sur nos rivages
As fait épanouir cette Divine Fleur !……..
Que je t’aime écoutant les bergers et les mages
Et gardant avec soin toute chose en ton cœur !…PN54

Confions-nous à MARIE, MÈRE de JÉSUS et NOTRE MÈRE !