Dieu est patient…
Qui est responsable des malheurs qui font la une des actus ? Dieu ? Ecoutons la Parole qu’Il nous adresse ce dimanche :  A Moïse, Il s’est révélé comme Celui qui voit la misère de son peuple et vient le délivrer.
Jésus, à son tour, remet chacun de nous, devant la responsabilité des gestes qu’il pose en faveur de la vie ou de la mort. Nous sommes tous appelés à nous convertir.
Laissons la grâce de conversion travailler notre cœur, pour que jaillissent en nous des fruits d’amour et de justice.

Un jour, des gens rapportèrent à Jésus l’affaire des Galiléens que Pilate avait fait massacrer, mêlant leur sang à celui des sacrifices qu’ils offraient. Jésus leur répondit : «Pensez-vous que ces Galiléens étaient de plus grands pécheurs que tous les autres Galiléens, pour avoir subi un tel sort ? Eh bien, je vous dis : pas du tout ! Mais si vous ne vous convertissez pas, vous périrez tous de même. Et ces dix-huit personnes tuées par la chute de la tour de Siloé, pensez-vous qu’elles étaient plus coupables que tous les autres habitants de Jérusalem ? Eh bien, je vous dis : pas du tout ! Mais si vous ne vous convertissez pas, vous périrez tous de même. »
Jésus disait encore cette parabole : «Quelqu’un avait un figuier planté dans sa vigne. Il vint chercher du fruit sur ce figuier, et n’en trouva pas. Il dit alors à son vigneron : ‘Voilà trois ans que je viens chercher du fruit sur ce figuier, et je n’en trouve pas. Coupe-le. À quoi bon le laisser épuiser le sol ?’
Mais le vigneron lui répondit : ‘Maître, laisse-le encore cette année, le temps que je bêche autour pour y mettre du fumier. Peut-être donnera-t-il du fruit à l’avenir. Sinon, tu le couperas.’ » Lc 13, 1-9

Dans une pièce de théâtre, “La fuite en Egypte”, Thérèse met en scène la Vierge Marie exhortant à la confiance Susanna, épouse et mère de brigands. Elle nous parle de la miséricorde de Jésus, son Fils,  qui prend patience… et meurt pour sauver les pécheurs.  

Sans doute, ceux que vous aimez offenseront le Dieu qui les a comblés de bienfaits ; cependant ayez confiance en la miséricorde infinie du Bon Dieu ; elle est assez grande pour effacer les plus grands crimes lorsqu’elle trouve un cœur de mère qui met en elle toute sa confiance.
Jésus ne désire pas la mort du pécheur, mais qu’il se convertisse et qu’il vive éternellement. Cet enfant qui, sans effort, vient de guérir votre fils de la lèpre, le guérira un jour d’une lèpre bien plus dangereuse…
Alors, un simple bain ne suffira plus, il faudra que Dimas soit lavé dans le sang du Rédempteur….
Jésus mourra pour donner la vie à Dimas et celui-ci entrera le même jour que le Fils de Dieu dans son royaume Céleste.