Sr Yvonne Nicolas :

Les motifs de joie en communauté sont nombreux. Dès le matin au réveil… joie de vivre, joie de croire, joie de prier ensemble et de chanter la louange du Seigneur. Joie de partager des moments importants de fêtes, d’évènements de congrégation… – des anniversaires de l’Eglise (l’an 2000, le doctorat de Ste Thérèse, la béatification de Louis et Zélie Martin), – joies dans le diocèse (en Paroisse, Festival de la Parole, Cap 2012…). Enfin, joie d’aimer et d’être aimée parmi celles avec qui nous vivons, même si le support mutuel est parfois difficile… joie de nous offrir chaque jour à l’Amour Miséricordieux au cours de l’Eucharistie.  Joie des rencontres  avec les Sœurs et les Frères des Instituts thérésiens des quatre coins du monde.  Dernièrement, joie, combien grande, d’accueillir une Jeune qui vient de faire Profession religieuse dans notre Congrégation et de chanter avec elle : “Jésus, ma joie, c’est de t’aimer…”

Mais qu’est-ce que la joie ? Ne trouvant pas comment définir cela, le dictionnaire m’a aidée. J’ai lu ceci : «C’est un sentiment de plénitude, une émotion agréable qu’éprouve une personne dont les désirs profonds sont satisfaits

Pour moi, il y a plusieurs sortes de joie…

  1. Les petites joies journalières que le Seigneur sème tout au long du jour si on sait les voir : une lettre qu’on attend et qui arrive, un coup de téléphone qui nous surprend, un service que l’on rend ou qui nous est rendu, un travail que l’on réussi, un pardon reçu ou donné du fond du cœur… etc.
  2. Les  joies que je qualifierais de “contemplatives” si l’on sait regarder : contempler la nature, un beau lever de soleil, une rose qui s’épanouit sous nos yeux, une feuille qui change de couleur en cette période d’automne et le bois qui tous les jours est source de contemplation tellement il est beau… c’est voir Dieu Créateur dans sa puissance et sa bonté pour nous et qui nous fait chanter : “Que tes œuvres sont belles, que tes œuvres sont grandesTu nous combles de joie !” En pensée, je revois les beaux couchers de soleil sur la mer. Quelle joie merveilleuse de regarder le soleil s’enfonçant dans la mer… Joie du soir en voyant le ciel étoilé, etc. Que de joies le Seigneur nous donne et qui nous réconfortent s’il y a eu une épreuve, une souffrance dans la journée…
  3. Il y a les joies surnaturelles, profondes, qui durent, qui comblent au-delà de tout… qui surgissent à l’improviste au cours d’une oraison, d’une retraite, d’une lecture de la Parole de Dieu, d’une conférence… Joie qui ne s’oublie jamais et que personne ne pourra nous enlever.
  4. Enfin et surtout, Joie de se savoir aimée de Dieu depuis toujours. C’est Lui qui m’a appelée, choisie, consacrée, malgré mes péchés, mes faiblesses, mes imperfections. C’est Lui qui chaque jour me donne son Amour. Plus je vieillis, plus je comprends qu’il est impossible de lui rendre amour pour Amour. Ma joie et mon espérance est de penser qu’Il m’aime telle que je suis, alors très souvent, à l’oraison du matin je chante : “En Toi, j’ai mis ma confiance, ô Dieu très Saint. Toi seul est mon espérance et mon soutien. C’est pourquoi je ne crains rien, j’ai foi en toi, ô Dieu très Saint…»