Voir Jésus !

Ce ne sont pas ses disciples qui cherchent Jésus, mais des Grecs qui ont entendu parler de Lui… Que Jésus va-t-il leur donner à voir? Que va-t-il leur révéler de lui-même? de sa gloire?
C’est par une métaphore qu’il tire du livre de la nature que Jésus leur dévoile qui Il est, et quelle est sa gloire…

En ce temps-là, il y avait quelques Grecs parmi ceux qui étaient montés à Jérusalem pour adorer Dieu pendant la fête de la Pâque. Ils abordèrent Philippe, qui était de Bethsaïde en Galilée, et lui firent cette demande : « Nous voudrions voir Jésus. » Philippe va le dire à André, et tous deux vont le dire à Jésus.
Alors Jésus leur déclare : « L’heure est venue où le Fils de l’homme doit être glorifié. Amen, amen, je vous le dis : si le grain de blé tombé en terre ne meurt pas, il reste seul ; mais s’il meurt, il porte beaucoup de fruit. Qui aime sa vie la perd ; qui s’en détache en ce monde la gardera pour la vie éternelle. Si quelqu’un veut me servir, qu’il me suive ; et là où moi je suis, là aussi sera mon serviteur. Si quelqu’un me sert, mon Père l’honorera. Maintenant mon âme est bouleversée. Que vais-je dire ? “Père, sauve-moi de cette heure” ? – Mais non ! C’est pour cela que je suis parvenu à cette heure-ci ! Père, glorifie ton nom ! »
Alors, du ciel vint une voix qui disait : « Je l’ai glorifié et je le glorifierai encore. » En l’entendant, la foule qui se tenait là disait que c’était un coup de tonnerre. D’autres disaient : « C’est un ange qui lui a parlé. » Mais Jésus leur répondit : « Ce n’est pas pour moi qu’il y a eu cette voix, mais pour vous. Maintenant a lieu le jugement de ce monde ; maintenant le prince de ce monde va être jeté dehors ; et moi, quand j’aurai été élevé de terre, j’attirerai à moi tous les hommes. » Il signifiait par là de quel genre de mort il allait mourir. Jn 12, 20-33

Ce que Jésus dévoile de lui-même, et le chemin qu’il annonce et qu’il propose, souvent, ne correspond pas à l’image que nous souhaiterions… En ce temps de carême, oserons-nous nous laisser bousculer, interpeler pour accueillir ce que le Christ nous révèle? Thérèse nous entraine sur ce chemin:

Je vois que la souffrance seule peut enfanter les âmes, et, plus que jamais, ces sublimes paroles de Jésus me dévoilent leur profondeur :
En vérité, en vérité, je vous le dis, si le grain de blé tombé en terre ne vient à mourir, il demeure seul, mais s’il meurt, il rapporte beaucoup de fruit.
Si vous avez semé dans les larmes, quelle abondante moisson n’avez-vous pas récoltée ! Vous verrez le fruit de vos travaux et vous reviendrez remplie de joie, portant des gerbes en vos mains. » Ms A 81

Dans sa poésie Vivre d’Amour, Thérèse nous rappelle la clé de lecture de toute la vie et de toute la Passion de Jésus: seul l’Amour guide les pas de Jésus vers la Croix… Sa Passion est une “mort d’Amour”…
A sa suite, nous sommes aussi appelés, chaque jour, à Vivre d’Amour

Mourir d’Amour, voilà mon espérance
Quand je verrai se briser mes liens
Mon Dieu sera ma grande récompense
Je ne veux point posséder d’autres biens.
De son Amour je veux être embrasée
Je veux le voir, m’unir à Lui toujours
Voilà mon Ciel, voilà ma destinée :
Vivre d’Amour ! Pn 17