Quelle est notre place ?

Ce dimanche encore, Jésus nous offre une parabole pour ajuster nos relations avec nos frères… Pour bien la comprendre, il nous faut contempler la vie du Christ. Jésus, Lui, le Serviteur, n’a pas hésité à s’abaisser, par amour pour nous… “Jésus a tellement pris la dernière place que jamais personne n’a pu la lui ravir” disait l’Abbé Huvelin. Et c’est sur ce chemin que Jésus nous invite à Le suivre… par amour!

Un jour de sabbat, Jésus était entré dans la maison d’un chef des pharisiens pour y prendre son repas, et ces derniers l’observaient. Jésus dit une parabole aux invités lorsqu’il remarqua comment ils choisissaient les premières places, et il leur dit : « Quand quelqu’un t’invite à des noces, ne va pas t’installer à la première place, de peur qu’il ait invité un autre plus considéré que toi. Alors, celui qui vous a invités, toi et lui, viendra te dire : ‘Cède-lui ta place’ ; et, à ce moment, tu iras, plein de honte, prendre la dernière place.
Au contraire, quand tu es invité, va te mettre à la dernière place. Alors, quand viendra celui qui t’a invité, il te dira : ‘Mon ami, avance plus haut’, et ce sera pour toi un honneur aux yeux de tous ceux qui seront à la table avec toi. En effet, quiconque s’élève sera abaissé ; qui s’abaisse sera élevé. »
Jésus disait aussi à celui qui l’avait invité : « Quand tu donnes un déjeuner ou un dîner, n’invite pas tes amis, ni tes frères, ni tes parents, ni de riches voisins ; sinon, eux aussi te rendraient l’invitation et ce serait pour toi un don en retour. Au contraire, quand tu donnes une réception, invite des pauvres, des estropiés, des boiteux, des aveugles ; heureux seras-tu, parce qu’ils n’ont rien à te donner en retour : cela te sera rendu à la résurrection des justes. Lc 14, 1.7-14

En cette fin de vacances, Thérèse nous propose une image de la nature pour méditer sur ce chemin de simplicité et d’humilité auquel le Seigneur nous invite. Prenons le temps de laisser résonner ces paroles en nous… Elle écrivait à sa soeur Céline:

Ne t’arrête pas à considérer le cours des fleuves retentissants qui font l’admiration des créatures. N’envie pas même le clair ruisseau qui serpente dans la prairie. Sans doute son murmure est bien doux… Mais les créatures peuvent l’entendre… et puis le calice de la fleur des champs ne saurait le contenir. Il ne peut être pour Jésus seul. Pour être à Lui il faut être petit, petit comme une goutte de rosée !… Oh ! qu’il y a peu d’âmes qui aspirent à rester ainsi petites !…Ruisseau_01

Ce n’est donc pas l’esprit et les talents que Jésus est venu chercher ici-bas. Il ne s’est fait la fleur des champs qu’afin de nous montrer combien Il chérit la simplicité. Le Lys de la vallée n’aspire qu’après une petite goutte de rosée…

Jésus n’appelle pas toutes les âmes à être des gouttes de rosée, Il veut qu’il y ait des liqueurs précieuses que les créatures apprécient, qui les soulagent dans leurs besoins mais pour Lui Il se réserve une goutte de rosée, voilà toute son ambition…

Nid d'hirondellesQuel privilège d’être appelée à une si haute mission !… Mais pour y répondre comme il faut rester simple… LT 141