“Quand elle cherche le Christ, l’Eglise frappe toujours à la porte de la maison de sa Mère et demande : “Montre-nous Jésus”. C’est d’elle que nous apprenons à être de vrais disciples. C’est pourquoi l’Église va toujours marchant dans le sillon de Marie….”

“Heureuse celle qui a cru” s’écrit Elisabeth. Marie a cru à l’impossible et s’est mise en route ! C’est pourquoi, elle nous est donnée pour modèle dans notre vie spirituelle et notre chemin de foi. “Elle conservait dans son cœur tout ce qu’elle écoutait et voyait, de façon à ce que la Parole portât du fruit dans sa vie. La Mère du Seigneur est l’icône parfaite de la foi.” Lumen fidei 58

En ces jours-là, Marie se mit en route et se rendit avec empressement vers la région montagneuse, dans une ville de Judée. Elle entra dans la maison de Zacharie et salua Élisabeth. Or, quand Élisabeth entendit la salutation de Marie, l’enfant tressaillit en elle. Alors, Élisabeth fut remplie d’Esprit Saint, et s’écria d’une voix forte :
« Tu es bénie entre toutes les femmes, et le fruit de tes entrailles est béni. D’où m’est-il donné que la mère de mon Seigneur vienne jusqu’à moi ? Car, lorsque tes paroles de salutation sont parvenues à mes oreilles, l’enfant a tressailli d’allégresse en moi. Heureuse celle qui a cru à l’accomplissement des paroles qui lui furent dites de la part du Seigneur. »Marie dit alors :
« Mon âme exalte le Seigneur, exulte mon esprit en Dieu, mon Sauveur ! Il s’est penché sur son humble servante ; désormais tous les âges me diront bienheureuse. Le Puissant fit pour moi des merveilles ; Saint est son nom ! Sa miséricorde s’étend d’âge en âge sur ceux qui le craignent. Déployant la force de son bras, il disperse les superbes. Il renverse les puissants de leurs trônes, il élève les humbles. Il comble de biens les affamés, renvoie les riches les mains vides. Il relève Israël son serviteur, il se souvient de son amour, de la promesse faite à nos pères, en faveur d’Abraham et sa descendance à jamais. »
Marie resta avec Élisabeth environ trois mois, puis elle s’en retourna chez elle. Lc 1, 39-56

Avec Ste Thérèse, entrons dans la contemplation de la vie de la Vierge Marie, avec la poésie 54 qu’elle a écrite dans les derniers mois de sa vie…

Et unissons notre prière à celle du pape François :

Toi remplie de l’Esprit du Christ
Tu as porté la joie à Jean- Baptiste
Le faisant exulter dans le sein de sa Mère
Toi tressaillant de joie
Tu as chanté les merveilles du Seigneur…
Mère de l’Evangile Vivant
Source de joie pour les petits
Prie pour nous
Amen… Alleluia !!!