Soeur Jeanne :

L’ultime béatitude n’est-ce pas Dieu lui-même qui parle à son peuple? Nous aimons reprendre ces paroles lumineuses des psaumes qui ont traversé les siècles : “Rassasie-nous de ton amour au matin, que nos jours s’emplissent de joie !” et tant d’autres versets nous révèlent combien Dieu présent à son peuple le rassasie de bonheur.

Pour moi, il en est ainsi. Le Seigneur est mon rocher… Il vient à mon secours dans les passages difficiles et les silences des nuits. “Espère en Dieu, prends courage. Il te renouvelle par son amour et la joie de mon cœur vient de lui…»

Oui, c’est une grande joie que d’avancer dans la vie plus ou moins difficile avec ce flambeau lumineux, mais transmettre une telle lumière est aussi exigeant pour soi-même.

En communauté, les motifs de joie sont parfois très simples et il y en a tant à notre portée.

Joie de donner son temps, de partager une lecture… joie de vivre une même spiritualité…

Joie de chanter ensemble les Offices, mais aussi de chanter ensemble à la fin d’un repas de fête.

Joie de porter sur mes Sœurs le regard même de Jésus, “voir” le cœur de l’autre, aller jusqu’à y découvrir Jésus lui-même comme nous y invite Ste Thérèse dans ses pages sur la charité fraternelle (Ms C 14 r°). Ma Sœur aime être reconnue, et mettre en valeur tel aspect heureux de sa personne procure une réelle joie.

Joie de découvrir la vie de foi et d’amour de nos Sœurs Aînées et souffrantes, leur patience, leur silence paisible…