L’AMOUR SE DONNE  : une  INVITATION  au  SERVICE        

Ce jour nous rappelle le Lavement des pieds des apôtres par Jésus. Jour où le don total du Christ   se  fera  au  cours d’un  repas  par ces mots : PRENEZ  ET  MANGEZ,  CECI   EST MON  CORPS,  PRENEZ  ET  BUVEZ,  CECI  EST  MON  SANG.

Jésus, l’Envoyé du Père,  est  venu  parmi  nous  pour  nous  révéler  l’Amour  de  Dieu,  prenant  un  corps  semblable  au  nôtre.  Il  sait  que  son  temps  est  arrivé  du  retour  au  Père, et, aujourd’hui, veille de sa mort, et  trois  jours après,  de  sa  Résurrection, Il  veut  nous donner  un  exemple  à  suivre,  en  s’abaissant  encore plus bas.

Avant la fête de la Pâque, sachant que l’heure était venue pour lui de passer de ce monde à son Père, Jésus, ayant aimé les siens qui étaient dans le monde, les aima jusqu’au bout. Au cours du repas, alors que le diable a déjà mis dans le cœur de Judas, fils de Simon l’Iscariote, l’intention de le livrer, Jésus, sachant que le Père a tout remis entre ses mains, qu’il est sorti de Dieu et qu’il s’en va vers Dieu, se lève de table, dépose son vêtement, et prend un linge qu’il se noue à la ceinture ; puis il verse de l’eau dans un bassin. Alors il se mit à laver les pieds des disciples et à les essuyer avec le linge qu’il avait à la ceinture.
Il arrive donc à Simon-Pierre, qui lui dit : « C’est toi, Seigneur, qui me laves les pieds ? » Jésus lui répondit :
« Ce que je veux faire, tu ne le sais pas maintenant ; plus tard tu comprendras. » Pierre lui dit : « Tu ne me laveras pas le
s pieds ; non, jamais ! » Jésus lui répondit : « Si je ne te lave pas, tu n’auras pas de part avec moi. » Simon-Pierre lui dit : « Alors, Seigneur, pas seulement les pieds, mais aussi les mains et la tête ! » Jésus lui dit : « Quand on vient de prendre un bain, on n’a pas besoin de se laver, sinon les pieds : on est pur tout entier. Vous-mêmes, vous êtes purs, mais non pas tous. » Il savait bien qui allait le livrer ; et c’est pourquoi il disait :
« Vous n’êtes pas tous purs. »  Quand il leur eut lavé les pieds, il reprit son vêtement, se remit à table et leur dit : « Comprenez-vous ce que je viens de faire pour vous ? Vous m’appelez “Maître” et “Seigneur”, et vous avez raison, car vraiment je le suis. Si donc moi, le Seigneur et le Maître, je vous ai lavé les pieds, vous aussi, vous devez vous laver les pieds les uns aux autres. C’est un exemple que je vous ai donné afin que vous fassiez, vous aussi, comme j’ai fait pour vous. » Jn 13, 1-15

« Comprenez-vous ce que je viens de faire ?  On  devine la surprise des Apôtres en voyant Jésus  sortir  de  table  pendant le repas  et  procéder à  cet  abaissement  devant  ses  amis ! Il les invite ainsi à faire comme Lui et à se faire serviteurs. C’est un nouvel art de vivre, pour nous aussi.  Notre Pape François nous le rappelle dans toutes ses interventions, surtout lorsqu’il nous invite à aller  aux  périphéries, là où les gens n’ont pas encore découvert l’Amour de Jésus.

Jésus  veut  aller  encore  plus  loin  dans le DON.

Dans la première Lettre de St Paul aux Corinthiens (11, 23-26),  nous lisons : “Frères, moi, Paul, je vous ai transmis ce que j’ai reçu de la tradition qui vient du Seigneur : La nuit même où Il  était  livré, le Seigneur Jésus prit du pain, puis, ayant rendu grâce, Il le rompit et dit : Ceci est mon Corps, qui est livré pour vous. Faites cela en mémoire de moi.  Après le repas, Il fit de même avec la coupe  en disant :Cette coupe est la nouvelle Alliance en mon Sang. Chaque fois que vous en boirez, faites-le en mémoire de moi.  Ainsi donc,  chaque fois que vous mangez ce pain et que vous buvez à cette coupe, vous proclamez la Mort du Seigneur jusqu’à ce qu’Il vienne.”

JÉSUS  est  allé  jusqu’au DON TOTAL.

Il a institué ses Apôtres pour continuer son œuvre en devenant PRÊTRES.  Ils auront à marcher et  à partir  à  travers  le  monde  pour  transmettre  le Message  de  Jésus.  La route sera  longue, parsemée  d’embûches,  d’incompréhensions, d’indifférences  et  de  violences.

C’est pourquoi, au cours de ce dernier repas, Il a voulu se donner LUI-MÊME en nourriture et demeurer  parmi  nous jusqu’à la fin des temps.  Depuis ce jour, les Prêtres  consacrent le Pain et le Vin au Corps et au Sang de Jésus.  L’Eucharistie est vraiment la nourriture qui nous donne la Force  de Dieu.

Nous en sommes les bénéficiaires,  nous en  rendons grâces au Seigneur, et, à la suite de  Thérèse nous pouvons chanter : (PN 17)

Au soir d’Amour, parlant sans parabole    
Jésus disait : ” Si quelqu’un veut m’aimer    
Toute sa vie, qu’il garde ma Parole    
Mon Père et moi viendrons le visiter.    
Et, de son cœur faisant notre demeure,    
Venant à lui, nous l’aimerons toujours !    
Rempli de paix, nous voulons qu’il demeure    
En notre Amour !…

Dans une autre poésie (PN 32 )  Mon Ciel à moi , elle s’écrie :

Mon ciel, il est caché dans la petite Hostie,    
Où Jésus, mon Epoux, se voile par amour    
A ce foyer divin je vais puiser la vie    
Et là, mon doux Sauveur m’écoute nuit et jour    
Oh ! quel heureux instant lorsque dans ta tendresse   
Tu viens, mon Bien-Aimé, me transformer en Toi    
Cette  union d’Amour, cette  ineffable  ivresse    
Voilà mon Ciel, à moi !

Nous pouvons méditer ces paroles de Thérèse pendant l’Adoration qui suit la Messe du Jeudi-Saint, lorsque le prêtre  transfère le Saint-Sacrement  dans le lieu du « reposoir ». Que notre prière  se  fasse implorante  pour  notre  monde  bouleversé. Offrons-nous au Père avec son Fils Jésus qui,  demain, montera jusqu’au Golgotha pour y être crucifié.